Mobilité

Le télescope Hubble découvre deux exoplanètes ultra chaudes

Le télescope Hubble découvre deux exoplanètes ultra chaudes aux climats extrêmes


Mars est un lieu idyllique comparé aux exoplanètes WASP-178b et KELT-20b
que le

télescope Hubble a découvert. D’une taille comparable à celle de Jupiter, ces deux mondes
situés en dehors de notre système solaire possèdent les atmosphères les
plus chaudes jamais vues. Dans son communiqué, la Nasa

évoque une température de 1.648 degrés Celsius. «

C’est assez chaud pour vaporiser la plupart des métaux, y compris le
titane

», explique l’agence spatiale.


Dans deux nouveaux articles scientifiques, l’un paru dans

Nature
, l’autre dans


Astrophysical Journal Letters
, les équipes d’astronomes de Hubble font état de conditions
météorologiques spectaculaires sur ces exoplanètes brûlantes. «

Sur l’une d’entre elles, il pleut de la roche vaporisée et sur une
autre, la haute atmosphère se réchauffe au lieu de se refroidir, car
elle est « brûlée » par le rayonnement ultraviolet (UV) intense de son
étoile

», poursuit la Nasa.


Mieux comprendre les phénomènes météo


Les astronomes ont utilisé les données du télescope spatial

Hubble et du télescope spatial Spitzer pour mieux comprendre ce qui se passe sur
ces exoplanètes extrêmement inhabitables. Leur étude aidera les
scientifiques à appréhender les phénomènes météo sur des planètes plus
accueillantes. «

Il s’agit d’un test de nos techniques qui nous permet d’acquérir une
compréhension générale des propriétés physiques telles que la formation
des nuages et la structure atmosphérique »,

a déclaré Josh Lothringer, de l’université d’Utah Valley, auteur des deux
études.


Les planètes ultra chaudes font partie des plus de 5 000 exoplanètes que
les scientifiques ont découvertes. Elles mettent en évidence la diversité
des planètes situées au-delà de notre système solaire, et montrent
également tout ce que nos télescopes spatiaux peuvent nous apprendre à leur
sujet.




Article de CNET.com adapté par CNET.com


Image : Nasa, Esa, Leah Hustak (STScI)


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page