Informatique

La Chine qualifie d’anticoncurrentiel le projet de loi

Les associations chinoises du commerce et de l’industrie décrivent le projet de loi sur les semi-conducteurs du gouvernement américain comme un obstacle à l’innovation mondiale et à la reprise économique. Elles exhortent en outre les milieux d’affaires à prendre des mesures pour protéger leurs intérêts et atténuer l’impact du nouveau projet de loi.

Signé mardi, le US Chips and Science Act vise entre autres à stimuler l’industrie des semi-conducteurs des Etats-Unis. Le texte prévoit 52,7 milliards de dollars de subventions et de fonds pour renforcer l’empreinte du pays dans les secteurs émergents, notamment dans les nanotechnologies, l’informatique quantique et l’intelligence artificielle (IA).

Après la signature du projet de loi par le président américain Joe Biden cette semaine, divers acteurs du marché ont annoncé leur intention d’investir. Selon l’administration Biden, il s’agit notamment de l’injection de 40 milliards de dollars par micron dans la fabrication de puces mémoires, qui devrait créer jusqu’à 40 000 emplois et faire passer la part de marché des Etats-Unis dans la production de puces mémoires de moins de 2 % à 10 % au cours des 10 prochaines années.

Cimenter le leadership du pays

Qualcomm et GlobalFoundries ont également dévoilé un nouveau partenariat prévoyant d’investir 4,2 milliards de dollars dans l’expansion du site de fabrication de puces de GlobalFoundries à New York. Qualcomm a indiqué augmenter sa production nationale de semi-conducteurs de 50 % au cours des cinq prochaines années.

En défendant le rôle du nouveau projet de loi, le gouvernement américain précise qu’il contribuera à cimenter le leadership du pays dans une technologie qui est le « fondement de tout », allant des automobiles aux systèmes de défense, en passant par les appareils ménagers.

« L’Amérique a inventé le semi-conducteur, mais elle produit aujourd’hui environ 10 % de l’offre mondiale et aucune des puces les plus avancées. Au lieu de cela, nous dépendons de l’Asie de l’Est pour 75 % de la production mondiale », note la Maison blanche. « La loi sur les puces et la science permettra de débloquer des centaines de milliards supplémentaires d’investissements du secteur privé dans les semi-conducteurs à travers le pays, y compris la production essentielle à la défense nationale et aux secteurs critiques. »

Le nouveau projet de loi permettrait également aux Etats-Unis de maintenir et de faire progresser leur avance scientifique et technologique, ajoute le gouvernement. Notant que les investissements fédéraux dans la R & D représentaient 2 % du PIB du pays au milieu des années 1960, l’administration Biden indique que ce chiffre est tombé à moins de 1 % en 2020.

« La croissance économique et la prospérité de ces 40 dernières années se sont concentrées dans quelques régions côtières, laissant beaucoup trop de communautés à la traîne », estime le gouvernement, qui ajoute que la loi sur les puces et la science « débloquera des opportunités » dans le domaine des sciences et de la technologie pour ceux qui ont été laissés de côté.

Projet de loi américain déloyal pour la concurrence mondiale

La Chine, quant à elle, estime que le projet de loi américain faussera la chaîne d’approvisionnement mondiale des puces et perturbera le commerce international. Le mois dernier, le ministère chinois du Commerce relatait que la loi contenait des dispositions qui restreignaient les activités « économiques, commerciales et d’investissement normales » des acteurs du marché chinois.

Le ministère a précisé qu’il surveillerait la mise en œuvre de cette loi et adopterait des « mesures fortes » pour protéger ses droits et intérêts légitimes.

Dans une déclaration commune publiée mercredi, le Conseil chinois pour la promotion du commerce international et la Chambre de commerce international de Chine ont réitéré les critiques du gouvernement chinois, notant que le projet de loi américain freinerait la reprise économique mondiale et l’innovation.

La Chine en appelle à l’OMC

La nouvelle loi sert à renforcer l’avantage des Etats-Unis sur le marché des puces et déclenche une concurrence déloyale à l’encontre de « tout pays préoccupant », rapporte le journal d’Etat China Daily.

Les associations commerciales chinoises ont déclaré que le projet de loi donnait au gouvernement américain le pouvoir d’imposer des changements sur le marché mondial de l’emploi dans le secteur des semi-conducteurs, notamment par le biais de subventions et de crédits d’impôt à l’investissement pour la fabrication d’équipements afin d’inciter les entreprises à construire des usines aux Etats-Unis. Cela aurait un impact négatif sur les entreprises internationales, y compris celles de Chine et des Etats-Unis, ont déclaré les associations chinoises.

Elles ont ajouté que de telles dispositions n’étaient pas conformes aux « principes de non-discrimination » de l’Organisation mondiale du commerce et qu’elles désignaient des pays spécifiques comme cibles principales, obligeant les entreprises à ajuster leurs stratégies de développement mondial.

Réduire la taille des puces et améliorer la performance

Les associations professionnelles estiment que le fait de pousser les technologies à être produites aux Etats-Unis limiterait la participation équitable avec les acteurs du marché international. Elles ont en outre exhorté les entreprises du monde entier à s’unir pour atténuer l’impact du projet de loi américain et à adopter des mesures si nécessaire pour protéger leurs droits et intérêts légitimes.

Dans sa note sur la loi américaine, le cabinet de conseil PwC indique que les subventions prévues dans le cadre de la loi offrent un « coussin nécessaire » aux entreprises de semi-conducteurs pour combler le manque de talents et diversifier leur main-d’œuvre. Celles-ci pourraient potentiellement jouer un rôle essentiel dans la réduction de la taille et de la puissance des puces tout en augmentant les performances.

Toutefois, le financement est assorti de nouvelles restrictions géographiques en matière de fabrication, précise PwC, notant que le projet de loi américain interdit aux entreprises d’utiliser les subventions pour financer l’expansion de la fabrication de puces en Chine et dans d’autres pays identifiés comme une menace potentielle pour la sécurité nationale.

« Repenser la stratégie globale »

Le cabinet de conseil conseille aux entreprises désireuses d’utiliser les subventions d’évaluer leurs opérations mondiales et d’être attentives aux principaux problèmes en jeu, notamment en s’assurant que leurs activités mondiales de R & D et de fabrication sont conformes aux restrictions géographiques de la loi. Elles pourraient également avoir besoin d’identifier de nouveaux partenaires dans leur chaîne d’approvisionnement, notamment pour l’assemblage, les tests et le conditionnement des dispositifs, et déterminer s’il serait plus rentable d’étendre leur capacité de production aux Etats-Unis plutôt que d’établir des partenariats de fonderie.

Pour PwC, « la loi sur les puces peut présenter une opportunité pour les entreprises de semi-conducteurs, mais la réalisation de son potentiel nécessitera de repenser la stratégie globale ainsi qu’un plan de transformation numérique, de gestion des projets d’investissement et de planification financière. L’incertitude géopolitique, combinée aux récents changements spectaculaires sur le marché, exige des entreprises qu’elles évaluent soigneusement leur place dans la chaîne de valeur des semi-conducteurs et la manière dont elles peuvent améliorer leur position ».

Source : ZDNet.com




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page