Mobilité

Des scientifiques repèrent un nouveau type d’explosion

Des scientifiques repèrent un nouveau type d'explosion stellaire, la micronova, petite mais féroce


Des astronomes ont repéré un nouveau type d’explosion thermonucléaire à la
surface d’étoiles lointaines. Il s’agit d’une « micronova », plus petite
qu’une nova classique ou qu’une supernova, mais suffisamment puissante pour
détruire des chaînes de montagnes entières en quelques heures.


Les chercheurs dirigés par Simone Scaringi, du Centre d’astronomie
extragalactique de l’université de Durham, ont passé des mois à plancher
sur les données du Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) de la Nasa.
TESS est utilisé pour rechercher des planètes autour d’autres étoiles en
examinant de près la lumière de ces dernières afin de détecter des baisses
de luminosité qui pourraient être causées par d’autres mondes passant
devant.


Au moins trois étoiles observées par TESS ont présenté des sursauts de
luminosité inhabituels, qui n’ont duré que quelques heures à chaque fois. «

Nous ne pouvions pas l’expliquer jusqu’à ce que nous établissions enfin
un lien avec les explosions thermonucléaires qui se produisent sur les
naines blanches en accrétion

», explique Simone Scaringi, auteur principal d’une étude publiée dans le
dernier numéro de la revue

Nature
.


Une naine blanche est une étoile aussi puissante que le Soleil, mais de la
taille de la Terre. Dans un système à deux étoiles, une naine blanche peut
souvent aspirer, ou accréter, de l’hydrogène et d’autres matériaux
provenant de son étoile compagne. Ce gaz peut s’accumuler autour de la
naine blanche jusqu’à déclencher une explosion, ou nova, qui peut faire
briller le système stellaire jusqu’à un million de fois plus. Le gaz
pourrait même déclencher une supernova beaucoup plus spectaculaire, qui
pourrait faire briller le système aussi fort qu’une galaxie entière pendant
plusieurs semaines.



Des explosions thermonucléaires potentiellement dévastatrices


Les micronovas semblent commencer de la même façon, mais elles sont plus
petites, plus rapides et se produisent sur des naines blanches dotées de
puissants champs magnétiques qui poussent les matériaux vers les pôles de
l’étoile. Le résultat est une grande explosion autour du pôle qui un
million de fois moins puissante qu’une supernova. D’où le nom de micronova.


Malgré cette différence de puissance très importante, l’explosion produite
par une micronova demeure redoutable. Des explosions comme celles que les
chercheurs ont observées dans les données de TESS seraient assez puissantes
pour brûler plus de 124 000 montagnes de la taille et de la masse du mont
Everest en moins d’une journée.


« Cela montre à quel point l’univers est dynamique », constate
Simone Scaringi. «

Ces événements peuvent en fait être assez communs, mais parce qu’ils
sont si rapides, ils sont difficiles à observer en action

».


Selon lui, les micronovas remettent en question la compréhension qu’ont les
astronomes de la manière dont se produisent les explosions thermonucléaires
d’étoiles. L’équipe espère ensuite utiliser des études du ciel à plus
grande échelle pour repérer ces événements insaisissables, puis effectuer
des observations de suivi rapides avec de puissants télescopes pour obtenir
un aperçu plus détaillé de ce nouveau phénomène.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image de Une : Condaknight/Pixabay


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page