Mobilité

Des panneaux solaires qui fonctionnent de nuit, c’est

Des panneaux solaires qui fonctionnent de nuit, c’est désormais possible


Des

panneaux solaires capables de fonctionner la nuit pour produire de l’électricité. De prime
abord, la proposition peut sembler contre-intuitive, et pourtant, c’est
devenu une réalité. Des chercheurs de l’université Stanford ont modifié des panneaux solaires du commerce pour produire une petite
quantité d’électricité la nuit en exploitant un processus connu sous le nom
de refroidissement radiatif qui s’appuie sur le vide glacial de l’espace.
Leurs travaux ont été publiés début avril dans


Applied Letters in Physics
.


«

Nous avons tendance à considérer le soleil comme l’importante ressource
d’énergie renouvelable

», explique Shanhui Fan, le chercheur principal du projet. «

Le froid de l’espace est également une ressource d’énergie renouvelable
extrêmement importante.

»


Bien que ces panneaux photovoltaïques modifiés ne génèrent qu’une quantité
infime d’électricité par rapport à ce que produit un panneau solaire
moderne pendant la journée, les chercheurs estiment que cet appoint
pourrait tout de même être utile, notamment la nuit lorsque la demande en
énergie est beaucoup plus faible.


Techniquement parlant, ces panneaux photovoltaïques modifiés ne produisent
pas d’électricité solaire la nuit. Au lieu de capter la lumière du soleil
(ou des étoiles ou de la Lune), les chercheurs ont exploité le
refroidissement par rayonnement.


Lorsqu’un objet est orienté vers le ciel la nuit, il émet de la chaleur, ce
qui signifie qu’il peut devenir plus froid que la température ambiante. Cet
effet pourrait avoir des applications évidentes dans le refroidissement des
bâtiments, mais la différence de température peut également être utilisée
pour produire de l’électricité.


Quelle viabilité commerciale pour cette innovation ?


Le panneau modifié par l’équipe de Stanford a généré 50 milliwatts par
mètre carré durant la nuit. Une performance supérieure aux tentatives
précédentes mais qui demeure bien en dessous des 200 watts (1 watt = 1.000
milliwatts) par mètre carré qu’un panneau solaire commercial peut produire
pendant la journée. « Ce chiffre est donc nettement inférieur »,
reconnait Shanhui Fan. «

Mais cela peut potentiellement être utile pour certaines des
applications à faible densité de puissance

». Il cite l’éclairage nocturne, la recharge des appareils et le maintien
en ligne des capteurs et des équipements de surveillance.


Par ailleurs, le fait que cette technologie ait été implémentée sur des
panneaux solaires commerciaux signifie qu’elle pourrait être largement
déployée. Shanhui Fan pense aussi qu’ il serait possible de produire
davantage d’électricité en faisant évoluer le système.


Pour Geoff Smith, professeur émérite de physique appliquée à l’Université
de Technology Sydney qui connaît cette expérimentation mais n’y a pas
participé, il est peu probable qu’elle puisse devenir une source d’énergie
économiquement viable. «

Ajouter de la complexité et des possibilités de dégradation aux
systèmes d’énergie renouvelable, même si c’est intéressant sur le plan
scientifique, se traduit rarement dans la pratique

», pense-t-il.


Shanhui Fan lui a répondu que ce projet prouve qu’il est possible de
produire de l’électricité de cette manière et n’a pas pour but de démontrer
quoi que ce soit sur les futures applications pratiques.


Néanmoins, Geoff Smith a convenu qu’il faut accorder une plus grande
attention à l’espace en tant que source d’énergie renouvelable. Selon lui,
le refroidissement et d’autres modes de production d’électricité sont plus
prometteurs, mais le ciel nocturne est une piste intéressante pour modifier
l’utilisation de l’énergie. Même s’il ne produit pas encore beaucoup
d’électricité, le refroidissement radiatif est pratiquement omniprésent.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : Joshua Woroniecki/Pixabay


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page